Réforme des retraites : ce qu’il faut retenir

Publié le 19 juillet 2019

Ce jeudi 18 juillet, Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, présentait son rapport sur le “futur système universel” , qui devrait entrer en vigueur en 2025.

Le système fonctionnera toujours par répartition, et non par capitalisation, comme aux Etats-Unis par exemple. Ce sont les travailleurs qui payent pour les retraités, et non les travailleurs qui constituent une réserve pour leur propre future retraite.

Cependant, le système ne fonctionnera plus en annuités (entendre par là une année) mais en points, accumulés au cours de la carrière. 100 euros cotisés = 5,50 euros de retraite par an.

L’âge de départ à la retraire restera à 62 ans. Le rapport préconise pourtant de fixer un “âge d’équilibre”. Une décote sera instaurée pour les personnes travaillant entre 62 et 64 ans, et une surcote pour les personnes s’arrêtant après 64 ans.

Jean-Paul Delevoye propose également d’instaurer “un système universel”. Ce sera la fin des 42 régimes existants, qui fusionneront en un seul système. Dans les faits, un point cotisé (un euro) donnera les mêmes droits à tout le monde. Cela représente en moyenne une hausse de la retraite par rapport au système actuel. Il ne faut cependant pas oublié la baisse de la CSG, qui au mieux compensera cette hausse.

Ce rapport signe la fin progressive des départs anticipés, bien que le fait d’avoir une carrière longue, d’avoir des conditions de travail pénibles, dangereuses, pourra permettre aux travailleurs de partir avant 62 ans.

Enfin, Jean-Paul Delevoye propose de supprimer les 13 règles concernant les veufs et les veuves, pour le remplacer par un nouveau dispositif, qui garantirait 70% du total des retraites du couple.


En cours de diffusion

Titre

Artiste