Reforme des retraites : ce qu’il faut retenir du discours d’Edouard Philippe

Publié le 11 décembre 2019

La très attendue présentation de la réforme des retraites a eu lieu ce midi. Le Premier ministre Edouard Philippe s’est exprimé devant le Conseil économique, social et économique (CESE) pour dévoiler les grandes lignes de la réforme.

Parmi les annonces faites, le Premier ministre a confirmé que le système actuel comportant 42 régimes sera bien refondu en un seul système à points.

Ce sera un régime universel, sauf pour certaines professions considérées comme dangereuses ou usantes. Les pompiers, les gardiens de la paix, les militaires ou encore les infirmiers de nuit bénéficieront d’une dérogation d’âge.

L’âge légal de départ à la retraite reste inchangé : « Nous maintiendrons l’âge minimal de départ à la retraite à 62 ans. C’est un principe de liberté auquel nous voulons rester fidèles. » Le chef du gouvernement a annoncé en parallèle la création d’un « âge d’équilibre » avec un système de bonus-malus qui devrait inciter les français à partie à la retraite plus tard. L’âge pivot prévu à 64 ans entrera en vigueur en 2027.

Les français nés avant 1975 ne sont pas concernés par la reforme. « Nous avons conçu ce système pour les jeunes générations, ceux qui vont être confrontés à ces mobilités professionnelles, géographiques et ces carrières heurtées. Elles doivent en bénéficier sans attendre. (…) Ceux qui entreront pour la première fois sur le marché du travail en 2022 entreront directement dans le nouveau système. Il s’agit de la génération 2004, qui a 15 ans aujourd’hui », a expliqué Edouard Philippe. « Quant aux personnes qui rejoignent le nouveau régime, je voudrais les rassurer. La première partie de carrière, jusqu’en 2025, sera calculée sur l’ancien système. »

Le nouveau système garantira « une pension minimale de 1000 euros net par mois pour une carrière complète au Smic » et une cotisation de solidarité sera mise en place pour les personnes touchant plus de 120 000 euros par an. « Le régime universel est fondé sur la solidarité nationale » rappel Edouard Philippe.

« Les femmes seront les grandes gagnantes » selon le chef du gouvernement. Le nouveau système accordera « des points supplémentaires pour chaque enfant, et ce dès le 1er enfant, et non à partir du 3e comme aujourd’hui. »

En ce qui concerne le calendrier, le projet de loi sera soumis au conseil des ministres le 22 janvier et discuté au Parlement fin février.


En cours de diffusion

Titre

Artiste