L’humanité vit désormais à crédit

Publié le 29 juillet 2019

Dans un rapport publié par la WWF, nous avons dépassé la consommation de ressources et la production de gaz à effet de serre annuel supportable pour la planète. Avec notre manière de vivre actuelle, il faudrait une seule planète ne suffit pas. Cela fait plusieurs années que nous vivons à crédit, et de plus en plus tôt dans l’année. Rien que la consommation mondiale de protéines animales rajoute 15 jours de dépassements par an.

Selon un classement du Global Footprint Network, si le monde entier vivait comme les Etats-Unis il faudrait 5 planètes pour cela. Juste après la Grande-Bretagne, en huitième position, le mode de vie français nécessiterait 2,7 planètes. La Chine est quant à elle en douzième position avec 2,2 planètes. La WWF demande donc l’abandon des accords avec le CETA et le MERCOSUR, car ceux-ci proviennent de régions où la déforestation, le pillage des ressources et la surémission de CO2 mettent en grand danger la planète.

Le rapport exige également la mise en œuvre des accords de Paris et la transition vers une consommation 100% basée sur les énergies renouvelables. Il rappelle que l’inaction des gouvernements ne fait  qu’aggraver les choses (plus de canicules, de sécheresses et de plus en plus fortes). En 50 ans nous avons tellement surproduit de gaz à effet de serre et surconsommé nos ressources que le jour de dépassement est passé du 1erjanvier en 1970, au 1eraoût en 2019. Nous avons consommé et produit 5 mois de ressources de plus que ce que notre planète peut supporter. 

En repoussant le jour de dépassement de 5 jours par an, nous pouvons arriver à stabiliser la situation d’ici 2050. Pour cela il faut réduire de 50% l’émission de CO2 mondiale (qui représente 60% du gaz à effet de serre), également le gaspillage qui représente 30% de la production agricole, en le divisant par deux on gagne 10 jours par an. 


En cours de diffusion

Titre

Artiste